A lovely « warming shelf » or is it « servante » ?

La servante nº 71.1.165.5

Cette servante apparaît dans l’article que j’ai consacré à la présentation des servantes et que vous trouverez ici.

Le présent article est le contenu d’une réponse à une demande de détails qui me fut faite après une intervention sur le forum de forgerons I Forge Iron.

La servante nº 711.1.165.5 est une jolie servante

This particular warming shelf of the Hotermans collection in the Stewart museum in Montréal is described on the museum tag as a warming shelf with a fixed plateau and handle carrier. It was specifically designed to be used as a support for a pan with a long handle.

DSC05213.thumb.JPG.b13c34ac3dcc5526d170d7fcfb94ac2f.JPG

 

The support is the ‘Y’ shaped piece. In the following pic, you have one of these long handled pans resting on a tripod equipped with the same type of ‘Y’ shaped support. On this tripod, the support can be moved.

P1020670.thumb.JPG.52fb3f2f29ec410dfe1e82d817c36c5e.JPG

In the case of our warming shelf, the ‘Y’ support (all measurements in mm) is forged from a 5 x 20 flat piece of iron. The top (‘U’) part measures 56 mm wide and 35 mm high. The entire support is 113 mm high and the length from the point to the top of the ‘Y’ is 172 mm.

The 2 other supports that keep the pan from sliding out of the shelf are forged from a 5 x 20 piece of iron. The top part of these is 32 mm wide and they are 64 mm high.

All these supports and the frame are riveted to the base ring.

The base ring is forge welded from of a 6 x 20 iron. The exterior diameter is ø 172 mm.

DSC05216.thumb.JPG.9348fcd3d8c3d8d263b68d8d32bc72cc.JPG

The over all height of the frame, including the extended handle at the top (which was designed to be used with a trammel sporting a wide hook), is 472 mm. The frame is forged of a 10 mm square iron. Unfortunately, my notes do not have the width of the frame nor the height of the handle/hook.

DSC05212.thumb.jpg.af823b5679138f636bed0fa03f73e3a7.jpg

Publicités

A propos Yves Couture

Yves Couture forgeron, ferronnier vous avise, de ce qu'il est à votre disposition pour forger toute manière de crochet & autre système de suspension pour les ustensiles de cuisine, les vêtements, chapeaux, chaudrons, poêles, les balais, les clefs & aussi toute manière d'équerres & de potences pour soutenir des étagères de bibliothèques, pour des objets, pour des plantes que vous voulez accrocher au mur ou poser sur un banc, pour soutenir une crémaillère dans un foyer, sans compter la quincaillerie qu'il peut forger pour vos portes de maison & de jardin telle que clenches, crochets de retenue, verrous, pentures de toutes sortes & des grilles de séparation de pièces dans votre maison, des défenses pour vos soupiraux comme celles de la Place Royale à Québec ou celles à la manière de la volée d’oiseaux des fenêtres de l'ancien Hôpital de l'Hôtel-Dieu de la même ville, des balustrades pour vos balcons & toute autre quincaillerie que vous voudrez bien lui demander telle que des tasse-braises pour les fumeurs de pipe & tout cela sur mesure, selon vos besoins & à des prix qui vous étonneront & vous raviront. De plus, grâce à des recherches approfondies & soutenues, il est aussi en mesure de reproduire pour vous tout instrument ou ustensile de foyer & de cuisine en usage en Nouvelle-France tels que chenet, landier, hastier, tisonnier, pince, pare-étincelles, crémaillère, râtelier de cuisine du plus simple au plus complexe, des fourchettes d'honneur de même manière, des couvre-feux, des accotes-pots, des mains de fer, trépieds, potences, grils à plateau fixe & à plateau tournant, grille-poissons, grille-pain, broches & brochettes avec leurs supports & des moraillons verseurs, des couronnes d’office, des tourne-rôts à ficelle &c. qui vous permettront de donner à votre foyer moderne ou à votre âtre traditionnel une touche d’authenticité qui ne fera qu’en adoucir la chaleur. Son expertise en ces matières repose sur les livres spécialisés en la matière qui se trouvent dans sa bibliothèque et sur l'analyse des objets de la collection Hotermans du musée Stewart de Montréal qu'il a le privilège de pouvoir étudier. Cette collection d'ustensiles et d'outils en fer du XVIIº et du XVIIIº est une ressource essentielle pour connaître les outils de cuisine de la Nouvelle-France. Il faut aussi compter ses recherches en France, principalement en Bretagne et les quelques acquisitions de pièces qu'il a eut le bonheur d'y trouver
Cet article, publié dans Servantes, Ustensiles de cuisson sur l'âtre, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s