En forme pour ses 349 ans !

Un bel ustensile qui nous vient de 1668

Ils sont rares les ustensiles dont la datation est évidente. Habituellement, dater un objet s’avère laborieux.  Pour une fois, c’est clair !

Stewart 88.6.9

De la collection de madame Stewart, don au musée Stewart, Nº 88.6.9 de la collection du musée

Cette date et l’état dans lequel se trouve l’ustensile impressionnent. La facture de cette fourchette de cuisine ne laisse pas indifférent non plus. Au contraire. En cherchant bien, s’il y a une imperfection, elle se trouve dans cette trace de la soudure au feu du manche à la partie d’où les fourchons ont été obtenus.

P1070626

Trace de soudure

Les fourchons et les volutes ont été produits par la refente du fer de la section.

P1070621

Un arbre de vie peut-être

Autre détail à souligner, cette décoration du centre du manche.

Stewart 88.6.9 – Version 2

Serait-ce une symbolisation d’un arbre de vie? Peut-être. Si ce n’est pas le cas, il demeure ce beau travail qui relève du souci du détail et de la qualité que le forgeron et son client entretenaient.

Une fourchette à ragoût

Il ya aussi les fourchons, leur nombre et leur courbe qui sont notables.

P1070609

P1070620

À propos des fourchettes à ragoût, Lecoq nous dit :

Ces fourchettes utilisées pour remuer et retirer les aliments solides des récipients … Cependant, les fourchons sont moins épais (que ceux des fourchettes à lard) et ont tendance à se courber davantage. Leur décor, de même, est plus recherché que celui des fourchettes à lard, la crainte de la corrosion n’existant pas dans leur emploi. Elles sont parfois dotées de trois fourchons.
Lecoq, page 233.

(Le danger de corrosion existait pour les fourchettes et les crocs à lard parce qu’ils servaient à chercher la viande de porc salée gardée dans de grands saloirs.)

Noter l’épaisseur des fourchons de cette fourchette à lard.

P1070678

Partie fourchette à lard d’un croc-fourchette à lard de la collection Hotermans nº 71.1.262.1

Le décor de la fourchette, la délicatesse de ses fourchons et que ceux-ci soient au nombre de trois font de notre fourchette une fourchette à ragoût.

Une bretonne?

Il y a ces autres décorations.

P1070614

Et celles-ci en particulier.

Stewart 88.6.9

L’utilisation en soi des cercles concentriques puis leur agencement sont intrigants. Ce décor rappelle certains motifs bretons.

Je pense à la plume de paon qui décore les costumes de Pont-Labbé, capitale du pays Bigouden, dans le Finistère : des cercles concentriques unis par des courbes.

Il y a aussi les cercles de l’empiècement du col.

DSCF8387_1

Et les macarons de laiton typiquement bretons qui surmontent comme des soleils ce râtelier de cuisine ou qui illuminent des buffets que j’ai vus dans le Morbihan.

DSC04400_1024

Râtelier de cuisine, Collection Hotermans nº 71.1.577.4 Musée Stewart Montréal

Ces mêmes cercles se retrouvent sculptés dans les corniches de plusieurs armoires bretonnes, sur des côtés de tables et des banc-coffres.

Une fourchette bretonne ? À moins de découvrir un document à propos de cet ustensile ou de ces décorations, cette identification de la provenance de l’ustensile demeure une somme d’impressions. Elle permet cependant de doter d’un cadre de vie notre visualisation des gestes posés avec elle.

En somme

L’élégance de l’objet, la qualité du travail qui l’a produite sont remarquables. L’état de conservation dans lequel cette fourchette se trouve en fait un objet précieux qui le fut pour l’acquéreur puis pour ceux et celles qui l’ont conservé et transmis pendant si longtemps.

Quant à nous, c’est du ravissement qu’elle a soulevé dont nous héritons.

 

Publicités

A propos Yves Couture

Yves Couture forgeron, ferronnier vous avise, de ce qu'il est à votre disposition pour forger toute manière de crochet & autre système de suspension pour les ustensiles de cuisine, les vêtements, chapeaux, chaudrons, poêles, les balais, les clefs & aussi toute manière d'équerres & de potences pour soutenir des étagères de bibliothèques, pour des objets, pour des plantes que vous voulez accrocher au mur ou poser sur un banc, pour soutenir une crémaillère dans un foyer, sans compter la quincaillerie qu'il peut forger pour vos portes de maison & de jardin telle que clenches, crochets de retenue, verrous, pentures de toutes sortes & des grilles de séparation de pièces dans votre maison, des défenses pour vos soupiraux comme celles de la Place Royale à Québec ou celles à la manière de la volée d’oiseaux des fenêtres de l'ancien Hôpital de l'Hôtel-Dieu de la même ville, des balustrades pour vos balcons & toute autre quincaillerie que vous voudrez bien lui demander telle que des tasse-braises pour les fumeurs de pipe & tout cela sur mesure, selon vos besoins & à des prix qui vous étonneront & vous raviront. De plus, grâce à des recherches approfondies & soutenues, il est aussi en mesure de reproduire pour vous tout instrument ou ustensile de foyer & de cuisine en usage en Nouvelle-France tels que chenet, landier, hastier, tisonnier, pince, pare-étincelles, crémaillère, râtelier de cuisine du plus simple au plus complexe, des fourchettes d'honneur de même manière, des couvre-feux, des accotes-pots, des mains de fer, trépieds, potences, grils à plateau fixe & à plateau tournant, grille-poissons, grille-pain, broches & brochettes avec leurs supports & des moraillons verseurs, des couronnes d’office, des tourne-rôts à ficelle &c. qui vous permettront de donner à votre foyer moderne ou à votre âtre traditionnel une touche d’authenticité qui ne fera qu’en adoucir la chaleur. Son expertise en ces matières repose sur les livres spécialisés en la matière qui se trouvent dans sa bibliothèque et sur l'analyse des objets de la collection Hotermans du musée Stewart de Montréal qu'il a le privilège de pouvoir étudier. Cette collection d'ustensiles et d'outils en fer du XVIIº et du XVIIIº est une ressource essentielle pour connaître les outils de cuisine de la Nouvelle-France. Il faut aussi compter ses recherches en France, principalement en Bretagne et les quelques acquisitions de pièces qu'il a eut le bonheur d'y trouver
Cet article a été publié dans ustensiles d'entretien du feu. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour En forme pour ses 349 ans !

  1. Robert Bourgeois dit :

    Bonjour Yves
    Hors propos, je relisais ce matin quelque pages du livre de Andrès Félibien des Avaux : Principes d’architecture de la sculpture et de la peinture de 1676( collection personnel). Section serrurerie parlant de la provenance du fer que l’on recevait à Paris ainsi que des dimensions. On y retrouve des fer ronds de 6 à 7 pieds de longueur sur 9 lignes de diamètre soit environ 3 quart de notre pouce. Probablement pour faire des grilles on en voit dans Diderot, je n’ai malheureusement pas trouvé d’autres références pour d’autres diamètres.
    Bonne journée
    Robert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s