Et les fagots, on n’en parle jamais des fagots!

À feu vif

Le « feu vif » se trouve au fond à gauche ou à droite d’un des boutons « high-medium-Low » de nos cuisinières contemporaines, c’est selon.

Sur l’âtre des cheminées, le feu vif  se trouvait dans les fagots dont on avait coupé, pressé et ligoté les branches. On peut en identifier dans des toiles de cette époque où la nourriture se préparait sur l’âtre. Par exemple, dans la toile de Bruegel le Jeune, « Le combat de Carnaval et Carême », il y en a au centre, à côtés du feu de la galettière,

Cette image vient d'ici.

Cette image vient d’ici.

Ne comptons pas les fagots des toiles, des gravures et des dessins qui nous montrent des paysans portant ces fagots vers un village. Une femme porte un fagot en traversant un pont encore chez Bruegel dans « Le retour des chasseurs dans la neige » et on en brûle, à la gauche des chasseurs qui rentrent.

Cette image vient du même endroit.

Cette image vient du même endroit.

Les toiles de Bruegel sont du 16e siècle. Au début du 20e siècle, on se sert encore des fagots en Bretagne, à Quimper pour cuire les faïences.

Image trouvée ici.

On alimente les fours pour la cuisson des faïences. Image trouvée ici.

Et dans le Berry :

Les fileuses du Berry

Les fileuses du Berry en ont derrière elles
Image trouvée sur le très agréable site de
La France pittoresque.

Et les bûchers de Jeanne-d’Arc, vous avez remarqué, dans les représentations picturales qu’on en fait, ils sont habituellement approvisionnés en fagots … c’est dire la popularité, l’utilité, la versatilité du fagot.

jeanne-d'Arc au bucher 2

Cuisiner à l’âtre

Il se peut que je réussisse enfin cet été à monter ici un âtre dehors (avec toit) pour y cuisiner comme on le faisait à l’époque. Il se peut.

Pour ce faire, pour le feu vif, il faut des fagots. On l’a vu.

Mais lier des branches ensemble pour en faire des fagots, ça ne se fait pas tout seul. Les branches se jettent dans toutes les directions, se hérissent. C’est ce que font les branches dans la vie. Et elles le font d’autant mieux quand elles sont sèches. Or, c’est comme ça qu’on les veut quand on en a besoin tout de suite. L’expression « tout de suite » signifiant ici « quand-on-n’a-pas-prend-pas-le-temps-d’attendre-qu’elles-sèchent-les-branches ».

Ainsi, afin de lier mes fagots j’ai essayé plusieurs méthodes : ma blonde, une demie-fois. Désastreux. Mon petit fils un quart de fois. Pire. Des méthodes difficiles à gérer, impossibles à utiliser et plus revêches que les branches que je voulais attacher. Il me fallait une machine. Google? Oui, Google! Et voici que j’ai trouvé :

Presse-fagots qui m'a inspiré

Presse-fagots qui m’a attiré et dont vous trouverez le plan ici

Il y en avait d’autres moins jolis,

presse-fagots 2

Demande une table et est sans élégance

des trop complexes,

Beau mais trop cher

Beau mais trop cher

des trop modernes à mon goût (mais comment me direz-vous, pouvez vous être moderne en faisant des fagots!)

presse-fagots de Niort

 

et des pas pire, mais bon …

presse-fagots cinématique du fagot

Lui, je l’ai trouvé ici

J’ai donc reproduit celui qui m’avait inspiré. Voici ce que ça donne :

Le rouleau de corde sert de poignée

Le rouleau de corde sert de poignée
Les trous dans les guides
et dans la poignée sont forgés
Cette photo et les deux suivantes : Yves Couture

Pray tell me what killed again?

Pray tell me who is this ‘Curiosity’ that killed the cat?

Et ça fonctionne très bien.

DSC05437_1024

Enfin, je vous dirai qu’il y en a un « deluxe » qui me plaît beaucoup :

Ça. vraiment, c'est du sérieux

Ça. vraiment, c’est du sérieux

En somme

L’été dernier j’ai utilisé la copie que j’avais faite d’un petit hâtier de la collection Hotermans. Méchamment j’ai embroché des cailles et je les ai fais tourner avec des saucisses devant un feu alimenté avec des fagots. Vous voulez un feu vif? Le fagot, y’a que ça!

J’ai proposé à mon petit-fils de se joindre à moi pour un week-end d’utilisation oh combien amusant de la machine à fagots que j’ai forgée. Il aura droit le matin au lait au chocolat à la Yves, le soir à se coucher à vingt-et-une heure et à une demie-heure de jeu sur mon ordi par jour. Il a sourit et a dit oui. Je le savais que ma machine presse-fagots lui plairait!

Publicités

A propos Yves Couture

Yves Couture forgeron, ferronnier vous avise, de ce qu'il est à votre disposition pour forger toute manière de crochet & autre système de suspension pour les ustensiles de cuisine, les vêtements, chapeaux, chaudrons, poêles, les balais, les clefs & aussi toute manière d'équerres & de potences pour soutenir des étagères de bibliothèques, pour des objets, pour des plantes que vous voulez accrocher au mur ou poser sur un banc, pour soutenir une crémaillère dans un foyer, sans compter la quincaillerie qu'il peut forger pour vos portes de maison & de jardin telle que clenches, crochets de retenue, verrous, pentures de toutes sortes & des grilles de séparation de pièces dans votre maison, des défenses pour vos soupiraux comme celles de la Place Royale à Québec ou celles à la manière de la volée d’oiseaux des fenêtres de l'ancien Hôpital de l'Hôtel-Dieu de la même ville, des balustrades pour vos balcons & toute autre quincaillerie que vous voudrez bien lui demander telle que des tasse-braises pour les fumeurs de pipe & tout cela sur mesure, selon vos besoins & à des prix qui vous étonneront & vous raviront. De plus, grâce à des recherches approfondies & soutenues, il est aussi en mesure de reproduire pour vous tout instrument ou ustensile de foyer & de cuisine en usage en Nouvelle-France tels que chenet, landier, hastier, tisonnier, pince, pare-étincelles, crémaillère, râtelier de cuisine du plus simple au plus complexe, des fourchettes d'honneur de même manière, des couvre-feux, des accotes-pots, des mains de fer, trépieds, potences, grils à plateau fixe & à plateau tournant, grille-poissons, grille-pain, broches & brochettes avec leurs supports & des moraillons verseurs, des couronnes d’office, des tourne-rôts à ficelle &c. qui vous permettront de donner à votre foyer moderne ou à votre âtre traditionnel une touche d’authenticité qui ne fera qu’en adoucir la chaleur. Son expertise en ces matières repose sur les livres spécialisés en la matière qui se trouvent dans sa bibliothèque et sur l'analyse des objets de la collection Hotermans du musée Stewart de Montréal qu'il a le privilège de pouvoir étudier. Cette collection d'ustensiles et d'outils en fer du XVIIº et du XVIIIº est une ressource essentielle pour connaître les outils de cuisine de la Nouvelle-France. Il faut aussi compter ses recherches en France, principalement en Bretagne et les quelques acquisitions de pièces qu'il a eut le bonheur d'y trouver
Cet article, publié dans ustensiles d'entretien du feu, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Et les fagots, on n’en parle jamais des fagots!

  1. Louis Valiquette dit :

    M. Couture. Très intéressant article. Voici la définition de Diderot:
    FAGOT, (Commerce de bois.) [Commerce de bois] d’Argenville (Page 6:371) est un assemblage de menus morceaux de bois liés avec une hare, au dedans desquels on enferme quelques broutilles appellées l’ame du fagot. On dit châtrer un fagot, quand on en ôte quelques bâtons. On les mesure avec une petite chaînette, afin de leur donner une grosseur égale & conforme à l’usage des lieux. La falourde est plus grosse que le fagot, & est faite de perches coupées ou de menu bois flotté. La bourrée est plus petite; c’est le plus menu & le plus mauvais bois, qui prend feu promptement, mais qui dure peu: on s’en sert pour chauffer le four.

    Il serait peut-être intéressant de comparer cette tâche à celle de la fabrication des gabions chez les militaires lors de siège. J’ai quelques images démontrant cette tâche.

    Au plaisir,
    Louis Valiquette
    Montréal.

    • Yves Couture dit :

      Monsieur Valiquette,

      Votre commentaire généreux est accepté avec plaisir et je vous en remercie. Il a eu l’effet de me pousser à examiner plus avant les définitions que donne en particulier le Littré en ligne du fagot, de la fascine, du gabion, etc.. Ce dictionnaire me plaît sous ses airs vieillots mais autrement plus généreux que les autres.

      Votre commentaire m’a mené à reprendre le sujet du fagot dans un article supplémentaire et, je le souhaite, complémentaire que je suis en train de rédiger essentiellement à propos des définitions et des règles gouvernant la fabrication des fagots.

      À propos des images de la fabrication des gabions que vous mentionnez et que je ne connaissais pas, je serais bien heureux de les voir.

      Monsieur, je vous remercie encore et ce sera un plaisir de vous lire à nouveau.

      Yves Couture

    • Yves Couture dit :

      Monsieur Valiquette, je ne vous ai pas oublié et je reviendrai sur le sujet bientôt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s