Définition d’un râtelier de cuisine

Pourquoi une définition

Il y a la barre d’accrochage et le râtelier de cuisine. C’est Lecoq qui marque cette distinction dans son texte. J’aime bien préciser les noms de ces ustensiles qui ont servi à nous cuisiner un passé, nous apprêter une culture.

La barre d’accrochage n’a pas besoin vraiment qu’on s’y attarde les mots sont nettement descriptifs.

De plus, je veux attirer l’attention sur cet ustensile qui  peut servir comme il l’a fait jadis :

  • il peut encore supporter des ustensiles au mur alors que sa fonction est souvent remplie maintenant par des constructions en petits fils de fer ou des barres en inox sans âme.
  • Comme je l’ai souligné ailleurs et plutôt deux fois qu’une, le râtelier de cuisine ou la barre d’accrochage (ou est-ce les deux dans le cas de celle-celui de Michael Finlay), sont décoratifs, que le mur les soutenant se trouve dans une cuisine du 18e siècle ou dans dans la mienne, la vôtre. Par exemple celui-ci, léger, élégant, simple et fonctionnel.
Petit hâtier Collection Hotermans nº 71.1.19 Musée McCord-Stewart Photographie, Yves Couture

Râtelier de cuisine à brindilles
Collection Hotermans nº 1971.1.577.46
Musée McCord-Stewart
Photographie, Yves Couture

J’ai été appelé à le copier plutôt que de le reproduire et, par ce moyen, le râtelier de la collection Hotermans qui a déjà été utilisé pour suspendre les outils de la cuisine et décorer celle-ci en même temps, peut d’une certaine manière continuer sa vie.

Ma reproduction

Ma copie
La différence de longueur de la barre
en fait une copie plutôt qu’une reproduction
Tout le reste est reproduit fidèlement
incluant la soudure à la forge

Bien sûr, on pourrait y pendre des tasses, et si on ne veut qu’utiliser ses vertus décoratives, on peut y pendre des bijoux dans une chambre, des clefs près de la porte, …

Voyons quelques définitions.

Le râtelier de cuisine dans les dictionnaires

Il y a des râteliers dans les dictionnaires qui n’ont rien à voir avec la cuisine. Par exemple, cette définition dans le Larousse :

Assemblage à claire-voie de barres ou de tubes, destiné à recevoir le fourrage sec des animaux.

Les noms des dictionnaires consultés sont liés au site Internet de celui-ci à la définition qui nous intéresse.

Larousse

Dispositif doté d’évidements, fixé à une cloison pour recevoir des outils, des matériaux, ou posé au sol pour supporter des deux-roues, etc. : Râtelier à pipes, à tubes à essais.

Office Québécois de la langue française

Domaine outillage > matériel de rangement des outils :
Tringle de métal ou de bois fixée contre une muraille et offrant des échancrures destinées à recevoir divers outils.
— 1975

Le Littré

Tringle attachée au côté de l’établi du menuisier, pour y placer les outils à manche

L’encyclopédie de Diderot et d’Alembert

À râtelier : (l’orthographe est celui de l’époque)

(terme de Rotisseur) piece de bois de 8, 10, 12 piés de long, avec des chevilles pour pendre le gibier.

Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Chœur

En avant de l’autel, entre le bas-chœur et le sanctuaire, était placé un grand ratelier à sept cierges, qui remplaçait ainsi la trabes ou trabs des églises primitives.

( trabs,trabe) Poutre posée en travers du chœur, supportant des flambeaux)

Reverso

Système de rangement vertical d’outils, d’objets longs

Dictionnaire de l’Académie française

2. Support pourvu d’échancrures, de crochets, de pattes, etc., sur lequel on range, à la verticale ou à l’horizontale, des objets de même nature. Mettre son fusil au râtelierPlacer des skis, des vélos dans un râtelier. Des cierges rangés par taille dans un râtelier. Un râtelier à outils, à pipes.

Le râtelier de cuisine, la barre d’accrochage

Le râtelier de cuisine, la barre d’accrochage? Même combat! On peut avancer que les barres d’accrochage sont des râteliers de cuisine et les râteliers de cuisine sont des barres d’accrochage décorées …

Le râtelier de cuisine est celui qui accroché à la cheminée ou au mur de la cuisine, sert à supporter les ustensiles utilisés pour la préparation des aliments.

Publicités

A propos Yves Couture

Yves Couture forgeron, ferronnier vous avise, de ce qu'il est à votre disposition pour forger toute manière de crochet & autre système de suspension pour les ustensiles de cuisine, les vêtements, chapeaux, chaudrons, poêles, les balais, les clefs & aussi toute manière d'équerres & de potences pour soutenir des étagères de bibliothèques, pour des objets, pour des plantes que vous voulez accrocher au mur ou poser sur un banc, pour soutenir une crémaillère dans un foyer, sans compter la quincaillerie qu'il peut forger pour vos portes de maison & de jardin telle que clenches, crochets de retenue, verrous, pentures de toutes sortes & des grilles de séparation de pièces dans votre maison, des défenses pour vos soupiraux comme celles de la Place Royale à Québec ou celles à la manière de la volée d’oiseaux des fenêtres de l'ancien Hôpital de l'Hôtel-Dieu de la même ville, des balustrades pour vos balcons & toute autre quincaillerie que vous voudrez bien lui demander telle que des tasse-braises pour les fumeurs de pipe & tout cela sur mesure, selon vos besoins & à des prix qui vous étonneront & vous raviront. De plus, grâce à des recherches approfondies & soutenues, il est aussi en mesure de reproduire pour vous tout instrument ou ustensile de foyer & de cuisine en usage en Nouvelle-France tels que chenet, landier, hastier, tisonnier, pince, pare-étincelles, crémaillère, râtelier de cuisine du plus simple au plus complexe, des fourchettes d'honneur de même manière, des couvre-feux, des accotes-pots, des mains de fer, trépieds, potences, grils à plateau fixe & à plateau tournant, grille-poissons, grille-pain, broches & brochettes avec leurs supports & des moraillons verseurs, des couronnes d’office, des tourne-rôts à ficelle &c. qui vous permettront de donner à votre foyer moderne ou à votre âtre traditionnel une touche d’authenticité qui ne fera qu’en adoucir la chaleur. Son expertise en ces matières repose sur les livres spécialisés en la matière qui se trouvent dans sa bibliothèque et sur l'analyse des objets de la collection Hotermans du musée Stewart de Montréal qu'il a le privilège de pouvoir étudier. Cette collection d'ustensiles et d'outils en fer du XVIIº et du XVIIIº est une ressource essentielle pour connaître les outils de cuisine de la Nouvelle-France. Il faut aussi compter ses recherches en France, principalement en Bretagne et les quelques acquisitions de pièces qu'il a eut le bonheur d'y trouver
Cet article, publié dans ustensiles d'entretien du feu, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s