Un livre important

Les mots pour le dire

Cet ouvrage constitue un répertoire de plus de quatre cents mots se rapportant aux objets de l’équipement domestique ainsi qu’aux termes techniques et stylistiques utilisés aux XVIIe et XVIIIe siècles en  Nouvelle-France.
— Les auteurs, tiré de leur introduction

Les mots qui les racontent

Les mots qui les racontent

Ce fut une belle surprise de découvrir ce livre. Il a paru en 1974, dans la foulée des prises de conscience de la valeur du patrimoine québécois. Tous ces mots viennent de 500 inventaires après décès.

La surprise ne fut pas la rigueur qui a présidé à la rédaction de ce répertoire ni la valeur intrinsèque de cet ouvrage. La surprise est venue du constat du grand nombre d’ustensiles de foyer et de cuisine qui se sont retrouvés dans la vie des Habitants de la Nouvelle-France à l’époque qui nous intéresse. Tous les ustensiles que l’on retrouve en France, en Angleterre, en Nouvelle-Angleterre se sont retrouvés dans les foyers et les cuisines de la Nouvelle-France. Et d’autres même. Faut dire que je n’y retrouve pas mes brochettes, cet objet qui m’a amené dans ce monde des ustensiles. Mes brochettes ne sont cependant que de petites broches qui elles s’y trouvent …

Autre intérêt de ce livre, pour plusieurs ustensiles, elles indiquent la fréquence du mot relevé dans les inventaires après décès et si l’ustensile était d’usage courant, limité ou rare et dans quel siècle. Je déplore qu’elles ne l’aient pas fait pour tous les ustensiles.

Enfin, en 1974, la Fondation MacDonald Stewart avait déjà acquis la collection Hotermans. Les auteurs y ont eu accès. Elles y ont photographié certains ustensiles qui s’y trouvent de même que d’autres dans d’autres musées. Là aussi je pense que les illustrations auraient pu être plus nombreuses. À cette époque, on publiait des livres remplis de photographies de meubles. Dommage que la bourgeoisie ne se soit pas intéressé aux ustensiles en fer.

Si vous voulez mieux connaître le patrimoine qui est le nôtre, ce livre est d’une fort grande utillité. Voici un Lien vers un compte-rendu enthousiaste.

Référence bibliographique

— Genêt, Nicole; Vermette, Luce; Décarie-Audet, Louise; Les objets familiers de nos ancêtres; Les Éditions de l’Homme, Montréal, 1974, 304 pages

Publicités

A propos Yves Couture

Yves Couture forgeron, ferronnier vous avise, de ce qu'il est à votre disposition pour forger toute manière de crochet & autre système de suspension pour les ustensiles de cuisine, les vêtements, chapeaux, chaudrons, poêles, les balais, les clefs & aussi toute manière d'équerres & de potences pour soutenir des étagères de bibliothèques, pour des objets, pour des plantes que vous voulez accrocher au mur ou poser sur un banc, pour soutenir une crémaillère dans un foyer, sans compter la quincaillerie qu'il peut forger pour vos portes de maison & de jardin telle que clenches, crochets de retenue, verrous, pentures de toutes sortes & des grilles de séparation de pièces dans votre maison, des défenses pour vos soupiraux comme celles de la Place Royale à Québec ou celles à la manière de la volée d’oiseaux des fenêtres de l'ancien Hôpital de l'Hôtel-Dieu de la même ville, des balustrades pour vos balcons & toute autre quincaillerie que vous voudrez bien lui demander telle que des tasse-braises pour les fumeurs de pipe & tout cela sur mesure, selon vos besoins & à des prix qui vous étonneront & vous raviront. De plus, grâce à des recherches approfondies & soutenues, il est aussi en mesure de reproduire pour vous tout instrument ou ustensile de foyer & de cuisine en usage en Nouvelle-France tels que chenet, landier, hastier, tisonnier, pince, pare-étincelles, crémaillère, râtelier de cuisine du plus simple au plus complexe, des fourchettes d'honneur de même manière, des couvre-feux, des accotes-pots, des mains de fer, trépieds, potences, grils à plateau fixe & à plateau tournant, grille-poissons, grille-pain, broches & brochettes avec leurs supports & des moraillons verseurs, des couronnes d’office, des tourne-rôts à ficelle &c. qui vous permettront de donner à votre foyer moderne ou à votre âtre traditionnel une touche d’authenticité qui ne fera qu’en adoucir la chaleur. Son expertise en ces matières repose sur les livres spécialisés en la matière qui se trouvent dans sa bibliothèque et sur l'analyse des objets de la collection Hotermans du musée Stewart de Montréal qu'il a le privilège de pouvoir étudier. Cette collection d'ustensiles et d'outils en fer du XVIIº et du XVIIIº est une ressource essentielle pour connaître les outils de cuisine de la Nouvelle-France. Il faut aussi compter ses recherches en France, principalement en Bretagne et les quelques acquisitions de pièces qu'il a eut le bonheur d'y trouver
Cet article, publié dans Livre, ustensiles d'entretien du feu, Ustensiles de cuisson sur l'âtre, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un livre important

  1. barbier dit :

    Amoureux de la cuisine à l’âtre , votre site , rare et précieux , me régale….!!!!!! MERCI …..!!!!!
    Tous mes Vœux de bonne cuisine à l’âtre pour 2014 …..!!!!!!

    • Yves Couture dit :

      Merci pour les vœux. Je vous transmets les miens. Et je suis bien heureux que mon blog vous fasse si plaisir. Je vais essayer de maintenir votre intérêt. Le prochain instrument sera le trépied ou la crémaillère. Merci encore de vos commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s