Les ustensiles de foyer et de cuisine sur l’âtre de la Nouvelle-France (1534-1789)

À cause de ma forge et de ma gourmandise …

Pourquoi s’intéresser aux ustensiles de foyer et de cuisine sur l’âtre en Nouvelle-France? À cause de ma forge et de ma gourmandise.

La forge…

Il y a la forge du travail et celle de la curiosité.

Ce sont les besoins et les demandes des clients qui déterminent le travail de la forge. Cependant, mes loisirs passent aussi par là. Le fer formé au feu constitue un monde très vaste comme une passion. On peut s’y perdre. Il m’est venu que je devrais donner une orientation à cette passion.

Déjà l’automne dernier ma curiosité avait été éveillée par les brochettes présentées par BealerJe les ai reproduites. Je les ai présentées dans mon blog. Je les ai aussi présentées sur un forum de forgerons. Et là, j’ai eu une belle surprise. Un forgeron du Royaume-Uni m’a écrit pour me mettre en garde quant aux des qualités d’historien de Bealer. Il ne m’étais jamais venu à l’esprit de me méfier. Ceux qui me connaissent seront étonnés. Pour ma part, je fus piqué.

J’entrai donc en relation avec ce forgeron. Il se trouve qu’il se spécialise depuis de nombreuses années dans la reproduction des ustensiles de foyer et de cuisine sur l’âtre en Angleterre de 1650 à 1830. Je décidai donc de donner une orientation semblable à ma forge : je rechercherai et reproduirai les ustensiles d’entretien du feu dans les foyers et ceux de la cuisine sur l’âtre qui ont été utilisés par les Habitants de la Nouvelle-France (1534-1789).

Ma gourmandise …

Il n’est pas possible de forger des ustensiles de cuisine sans se demander comment on s’en servait. Pas pour moi en tous cas. Pas possible non plus de ne pas se demander ce que ça goûtait. Surtout quand on se fait dire par son ami anglais et que l’on lit partout que la nourriture cuite sur l’âtre a meilleur goût.

Ma gourmandise me dresse donc un joli programme pour les prochains mois. Dans la forge, je produirai l’ensemble des structures et des outils nécessaires pour installer un âtre dehors. Ensuite, nous utiliserons ces ustensiles pour développer au mieux une expertise des techniques de cuisine sur l’âtre. Il se peut que nous soyons en mesure de vous faire goûter …

Il faut un blog

Le passé est un autre monde, un nouveau monde. Se lancer la découverte d’un nouveau monde est une aventure. Il faut la documenter. C’est ce que ce nouveau blog fera.

Je conserverai mon blog général à propos de la forge du travail.

Ici, je vous ferai part de mes recherches, de mes découvertes, de mon travail de reproduction des ustensiles de foyer et de cuisine sur l’âtre.

Et puis ce que je découvrirai en lisant qui pourrait vous intéresser … il y a une page ici à propos des ressources dont je dispose.

Publicités

A propos Yves Couture

Yves Couture forgeron, ferronnier vous avise, de ce qu'il est à votre disposition pour forger toute manière de crochet & autre système de suspension pour les ustensiles de cuisine, les vêtements, chapeaux, chaudrons, poêles, les balais, les clefs & aussi toute manière d'équerres & de potences pour soutenir des étagères de bibliothèques, pour des objets, pour des plantes que vous voulez accrocher au mur ou poser sur un banc, pour soutenir une crémaillère dans un foyer, sans compter la quincaillerie qu'il peut forger pour vos portes de maison & de jardin telle que clenches, crochets de retenue, verrous, pentures de toutes sortes & des grilles de séparation de pièces dans votre maison, des défenses pour vos soupiraux comme celles de la Place Royale à Québec ou celles à la manière de la volée d’oiseaux des fenêtres de l'ancien Hôpital de l'Hôtel-Dieu de la même ville, des balustrades pour vos balcons & toute autre quincaillerie que vous voudrez bien lui demander telle que des tasse-braises pour les fumeurs de pipe & tout cela sur mesure, selon vos besoins & à des prix qui vous étonneront & vous raviront. De plus, grâce à des recherches approfondies & soutenues, il est aussi en mesure de reproduire pour vous tout instrument ou ustensile de foyer & de cuisine en usage en Nouvelle-France tels que chenet, landier, hastier, tisonnier, pince, pare-étincelles, crémaillère, râtelier de cuisine du plus simple au plus complexe, des fourchettes d'honneur de même manière, des couvre-feux, des accotes-pots, des mains de fer, trépieds, potences, grils à plateau fixe & à plateau tournant, grille-poissons, grille-pain, broches & brochettes avec leurs supports & des moraillons verseurs, des couronnes d’office, des tourne-rôts à ficelle &c. qui vous permettront de donner à votre foyer moderne ou à votre âtre traditionnel une touche d’authenticité qui ne fera qu’en adoucir la chaleur. Son expertise en ces matières repose sur les livres spécialisés en la matière qui se trouvent dans sa bibliothèque et sur l'analyse des objets de la collection Hotermans du musée Stewart de Montréal qu'il a le privilège de pouvoir étudier. Cette collection d'ustensiles et d'outils en fer du XVIIº et du XVIIIº est une ressource essentielle pour connaître les outils de cuisine de la Nouvelle-France. Il faut aussi compter ses recherches en France, principalement en Bretagne et les quelques acquisitions de pièces qu'il a eut le bonheur d'y trouver
Cet article, publié dans ustensiles d'entretien du feu, Ustensiles de cuisson sur l'âtre, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s